515ème message

 

COMPRENDRE CE QUE C’EST QUE LA PAQUE,

LA SAINTE CENE, LE REPAS DE CHRIST

C’est le 515ème message

 

Je loue le Seigneur Jésus qui m’a fait grâce de me faire connaître sa richesse immense. Je me glorifie aujourd’hui non dans ma ...

chair qui n’est qu’une motte de terre et qui doit revenir à la terre, mais dans mon âme qui s’est échappée de la pauvreté qui a conduit le mauvais riche au lac de feu ; elle a gagné la richesse qui conduit au royaume des cieux comme le pauvre Lazare. La fête de pâque est instituée par Dieu pour son peuple qui honore l’amour qu’il a eu pour lui, en usant de sa puissance pour le libérer de l’esclavage, de la prison et de la main de l’ennemi. Dieu par amour pour son peuple qu’il a sorti de l’esclavage, lui a demandé de faire une fête de pâque en son honneur pour se souvenir du jour de sa libération. Dieu avait hier, avant la mort de Jésus et la venue du Saint Esprit, un peuple charnel qui était le peuple d’Israël. Le peuple d’Israël charnel séjournait en Egypte, et était devenu esclave dans ce pays. Mais avant que cela n’arriva, Dieu avait annoncé à Abraham que sa descendance passera 400 ans dans un pays étranger où elle sera asservie ; voilà pourquoi il est dit : « Et l'Éternel dit à Abram: Sache que tes descendants seront étrangers dans un pays qui ne sera point à eux; ils y seront asservis, et on les opprimera pendant quatre cents ans. Mais je jugerai la nation à laquelle ils seront asservis, et ils sortiront ensuite avec de grandes richesses » (Genèse 15/13-14).

Lorsque les 400 ans furent écoulés, Dieu était apparu à Moïse sur le mont Horeb, Moïse qui avait fui l’Egypte de peur d’être tué, s’était réfugié dans le pays des mandianites où il était devenu berger ; et l’Eternel lui dit : « Et il ajouta: Je suis le Dieu de ton père, le Dieu d'Abraham, le Dieu d'Isaac et le Dieu de Jacob. Moïse se cacha le visage, car il craignait de regarder Dieu. L'Éternel dit: J'ai vu la souffrance de mon peuple qui est en Égypte, et j'ai entendu les cris que lui font pousser ses oppresseurs, car je connais ses douleurs. Je suis descendu pour le délivrer de la main des Égyptiens, et pour le faire monter de ce pays dans un bon et vaste pays, dans un pays où coulent le lait et le miel, dans les lieux qu'habitent les Cananéens, les Héthiens, les Amoréens, les Phéréziens, les Héviens et les Jébusiens. Voici, les cris d'Israël sont venus jusqu'à moi, et j'ai vu l'oppression que leur font souffrir les Égyptiens. Maintenant, va, je t'enverrai auprès de Pharaon, et tu feras sortir d'Égypte mon peuple, les enfants d'Israël. » (Exode 3/6-10), et c’est pour la sortie du peuple d’'Israël de l’Egypte que Dieu avait donc demandé à Moïse de faire une fête de pain sans levain qui sera pour toujours tel qu’il est écrit : « Vous observerez la fête des pains sans levain, car c'est en ce jour même que j'aurai fait sortir vos armées du pays d'Égypte; vous observerez ce jour comme une loi perpétuelle pour vos descendants» (Exode 12/17). Moïse avait demandé aux anciens du peuple de prendre du bétail et d’immoler la pâque tel qu’il dit : « Moïse appela tous les anciens d'Israël, et leur dit: Allez prendre du bétail pour vos familles, et immolez la Pâque. » (Exode 12/21).

Moïse avait dit aux enfants d’Israël que quand ils seront entrés dans le pays que l’Eternel leur avait donné, ils fêteront la pâque ; et lorsque leurs enfants leur demanderont pourquoi cette fête ou cet usage, ils leur répondront que c’est un sacrifice de pâque en l’honneur de l’Eternel, qui a usé de sa puissance pour frapper l’Egypte et les libérer ou sauver tel qu’il est dit : « Quand vous serez entrés dans le pays que l'Éternel vous donnera, selon sa promesse, vous observerez cet usage sacré. Et lorsque vos enfants vous diront: Que signifie pour vous cet usage? Vous répondrez: C'est le sacrifice de Pâque en l'honneur de l'Éternel, qui a passé par-dessus les maisons des enfants d'Israël en Égypte, lorsqu'il frappa l'Égypte et qu'il sauva nos maisons. Le peuple s'inclina et se prosterna. » (Exode 12/25-27). A partir de ce jour, la fête de pâque a commencé à avoir lieu chaque année. Voilà pourquoi il est dit : « Le premier mois, le quatorzième jour du mois, entre les deux soirs, ce sera la Pâque de l'Éternel. » (Lévitique 23/5).

Moïse au désert dit au peuple d’observer le mois des épis ou des semences, et de célébrer la pâque en l’honneur de l’Eternel en ce mois, parce que c’était dans ce mois que Dieu les avait libérés des mains de l’ennemi en les faisant sortir de l’Egypte tel qu’il dit : « Observe le mois des épis, et célèbre la Pâque en l'honneur de l'Éternel, ton Dieu; car c'est dans le mois des épis que l'Éternel, ton Dieu, t'a fait sortir d'Égypte, pendant la nuit.. » (Deutéronome 16/1). Donc, cette fête de pâque hier était célébrée par le peuple charnel de Dieu en l’honneur de Dieu, pour le souvenir de sa libération par lui, de par son amour et sa grande puissance. Le peuple d’Israël charnel d’hier, depuis le prophète Moïse jusqu’au prophète Jean Baptiste, tous annonçaient le Seigneur Jésus qui devait venir, afin que par lui, le peuple spirituel de Dieu sorte de l’esclavage du péché. Voilà pourquoi l’ange de Dieu avait dit à Joseph, à propos de la grossesse que portait Marie par la vertu du Saint-Esprit, qu’elle donnera naissance à un enfant, à qui il donnera le nom de Jésus, et que c’est lui qui sauvera son peuple de l’esclavage du péché tel que l’ange dit à Joseph : « elle enfantera un fils, et tu lui donneras le nom de Jésus; c'est lui qui sauvera son peuple de ses péchés.» (Matthieu 1/21).

Le Seigneur Jésus était né sous la loi, voilà même pourquoi on l’avait circoncis à l’âge de huit jours tel qu’il est dit : « Le huitième jour, auquel l'enfant devait être circoncis, étant arrivé, on lui donna le nom de Jésus, nom qu'avait indiqué l'ange avant qu'il fût conçu dans le sein de sa mère. » (Luc 2/21). Lorsque le Seigneur Jésus avait douze ans, il était aussi monté à Jérusalem avec ses parents pour la fête de pâque tel qu’il est dit : « Les parents de Jésus allaient chaque année à Jérusalem, à la fête de Pâque. Lorsqu’il fut âgé de douze ans, ils y montèrent, selon la coutume de la fête. » (Luc 2/41-42) ; et lorsque le Seigneur Jésus était devenu grand, en commençant sa mission, il était monté à Jérusalem au moment où la fête de pâque s’approchait, et avait trouvé les vendeurs dans le temple; il les chassa et renversa leurs tables tel qu’il est dit : « La Pâque des Juifs était proche, et Jésus monta à Jérusalem. Il trouva dans le temple les vendeurs de bœufs, de brebis et de pigeons, et les changeurs assis. Ayant fait un fouet avec des cordes, il les chassa tous du temple, ainsi que les brebis et les bœufs; il dispersa la monnaie des changeurs, et renversa les tables; » (Jean 2/13-15). Six jours avant la pâque, le Seigneur Jésus était arrivé à Béthanie où il s’était mis à table avec Lazare qu’il avait ressuscité des morts tel qu’il est dit : « Six jours avant la Pâque, Jésus arriva à Béthanie, où était Lazare, qu'il avait ressuscité des morts .Là, on lui fit un souper; Marthe servait, et Lazare était un de ceux qui se trouvaient à table avec lui. » (Jean 12/1-2). Deux jours avant la fête, le Seigneur avait annoncé aux disciples qu’il sera arrêté pour être crucifié tel qu’il est dit : « Lorsque Jésus eut achevé tous ces discours, il dit à ses disciples: Vous savez que la Pâque a lieu dans deux jours, et que le Fils de l'homme sera livré pour être crucifié.» (Matthieu 26/1-2).

Lorsque le temps était arrivé, le Seigneur Jésus dit aux apôtres qu’il désire d’abord manger la pâque avec eux avant de souffrir tel qu’il est dit : « L'heure étant venue, il se mit à table, et les apôtres avec lui .Il leur dit: J'ai désiré vivement manger cette Pâque avec vous, avant de souffrir;» (Luc 22/14-15); et le Seigneur Jésus avait pris le pain sans levain pour son corps, et l’avait donné aux disciples pour qu’ils le mangent ; il avait pris la coupe en rendant grâce, l’avait donnée pour son sang, qui est l’alliance avec eux, en disant qu’ils doivent le faire en sa mémoire ou en son honneur. Voilà pourquoi il est dit : « Ensuite il prit du pain; et, après avoir rendu grâces, il le rompit, et le leur donna, en disant: Ceci est mon corps, qui est donné pour vous; faites ceci en mémoire de moi. Il prit de même la coupe, après le souper, et la leur donna, en disant: Cette coupe est la nouvelle alliance en mon sang, qui est répandu pour vous. » (Luc 22/19-20).

Donc, il y a eu la pâque de la loi, qui était l’ombre de la pâque de la foi ; il y a eu la pâque en l’honneur de Dieu pour un peuple charnel sorti de l’esclavage charnel, qui était l’ombre de la pâque que nous fêtons maintenant pour un peuple spirituel sorti de l’esclavage spirituel. Donc la pâque sous la loi était en l’honneur de Dieu qui avait sorti un peuple charnel d’Egypte, et la pâque sous la foi est en l’honneur de Jésus qui a sorti un peuple spirituel du péché. Donc, l’Egypte représente le péché ; et le péché aujourd’hui représente l’Egypte d’hier ; le pain sans levain était l’ombre du pain qui est le corps de Christ. Donc le pain sans levain, c’est le corps sans péché. Voilà pourquoi la parole, le pain et le corps sont un. Donc, la parole sans tromperie, le pain sans levain et le corps sans péché sont un. Voilà pourquoi la parole de Christ est le pain, et le pain est son corps ; c’est pourquoi il dit être le pain qui est descendu du ciel pour donner la vie à ceux qui le consomment tel qu’il dit : « Je suis le pain de vie. Vos pères ont mangé la manne dans le désert, et ils sont morts. C'est ici le pain qui descend du ciel, afin que celui qui en mange ne meure point. Je suis le pain vivant qui est descendu du ciel. Si quelqu'un mange de ce pain, il vivra éternellement; et le pain que je donnerai, c'est ma chair, que je donnerai pour la vie du monde.» (Jean 6/48-51).

Le Seigneur Jésus est le pain de Dieu descendu du ciel pour nourrir les âmes éternellement, voilà même pourquoi il dit : « En vérité, en vérité, je vous le dis, Moïse ne vous a pas donné le pain du ciel, mais mon Père vous donne le vrai pain du ciel; car le pain de Dieu, c'est celui qui descend du ciel et qui donne la vie au monde. » (Jean 6/32-33). Le Seigneur Jésus dit encore : « Comme le Père qui est vivant m'a envoyé, et que je vis par le Père, ainsi celui qui me mange vivra par moi. C'est ici le pain qui est descendu du ciel. Il n'en est pas comme de vos pères qui ont mangé la manne et qui sont morts: celui qui mange ce pain vivra éternellement. » (Jean 6/57-58). Donc le pain de Moïse était charnel pour un peuple charnel, il était l’ombre du pain véritable à venir qui est réservé pour l’âme, et non pour la chair. Le pain de la chair finit sa course dans le WC. Le pain de l’âme, qui est le corps de Christ ou sa parole, se consomme par la croyance, voilà pourquoi le Seigneur Jésus dit : « Je suis le pain de vie. Celui qui vient à moi n'aura jamais faim… » (Jean 6/35).

Beaucoup de juifs ne savaient pas que sortir de l’Egypte n’était pas devenir de véritables enfants libres de l’esclavage, car être libre de l’esclavage du péché vient de Christ ; voilà pourquoi lorsque le Seigneur Jésus leur disait qu’ils connaitront la vérité, et que la vérité les affranchira, ils lui répondaient : « Nous sommes la postérité d'Abraham, et nous ne fûmes jamais esclaves de personne; comment dis-tu: Vous deviendrez libres? En vérité, en vérité, je vous le dis, leur répliqua Jésus, quiconque se livre au péché est esclave du péché. Or, l'esclave ne demeure pas toujours dans la maison; le fils y demeure toujours. Si donc le Fils vous affranchit, vous serez réellement libres» (Jean 8/33-36).

Donc la pâque aujourd’hui est en l’honneur et en mémoire du Seigneur Jésus, qui, par son amour s’est livré à la souffrance jusqu’à la mort sur la croix pour détruire la mort spirituelle pour nous, et nous libérer du péché ; et qu’en devenant libres du péché, nous adorons Dieu son père en esprit et en vérité. Donc, le peuple de Dieu de l’esprit d’amour, du pardon, de la pitié, de la tempérance, de la douceur, de l’humilité, de la droiture, de la fidélité, de la bonté, de la patience, de la paix, de la joie… se souvient du jour que le sauveur d’âmes a frappé Satan sur la croix, en triomphant de la mort après la résurrection pour lui, et l’a libéré de la jalousie, de l’orgueil, des rancunes, du mépris, des querelles, de l’injustice, de l’adultère, du mensonge, des injures, de la magie, des sectes, de l’adoration des statuettes, de l’utilisation des objets et produits spirituels, de la séduction, de l’escroquerie, de la sorcellerie…. Il est dans la joie, et fête la liberté en l’honneur du libérateur qui a coulé son sang qui l’a purifié et lavé du péché. Voilà même pourquoi l’apôtre Paul dit : « Car j'ai reçu du Seigneur ce que je vous ai enseigné; c'est que le Seigneur Jésus, dans la nuit où il fut livré, prit du pain, et, après avoir rendu grâces, le rompit, et dit: Ceci est mon corps, qui est rompu pour vous; faites ceci en mémoire de moi. De même, après avoir soupé, il prit la coupe, et dit: Cette coupe est la nouvelle alliance en mon sang; faites ceci en mémoire de moi toutes les fois que vous en boirez. Car toutes les fois que vous mangez ce pain et que vous buvez cette coupe, vous annoncez la mort du Seigneur, jusqu'à ce qu'il vienne. C'est pourquoi celui qui mangera le pain ou boira la coupe du Seigneur indignement, sera coupable envers le corps et le sang du Seigneur. Que chacun donc s'éprouve soi-même, et qu'ainsi il mange du pain et boive de la coupe; car celui qui mange et boit sans discerner le corps du Seigneur, mange et boit un jugement contre lui-même.» (1Corinthiens 11/23-29).

Nous devons être une pâte nouvelle ou un corps nouveau pour fêter la pâque sans malice, voilà même pourquoi il est dit : « Faites disparaître le vieux levain, afin que vous soyez une pâte nouvelle, puisque vous êtes sans levain, car Christ, notre Pâque, a été immolé. Célébrons donc la fête, non avec du vieux levain, non avec un levain de malice et de méchanceté, mais avec les pains sans levain de la pureté et de la vérité. » (1Corinthiens 5/7-8). Le pape, dans ses fonctions et mission d’égarer les hommes du chemin du salut, prive la viande à plusieurs un vendredi, disant que ce jour est saint, et qui est déclaré férié dans le monde entier. Il montre par là qu’il aime le Seigneur Jésus, alors qu’il le méprise et amène la multitude à le mépriser, surtout lorsqu’il le représente et le compare aux blocs de ciment ou aux morceaux de bois. Mais c’est l’heure que les gens reconnaissent les fonctions des démagogues et grands hypocrites, et c’est aussi le temps de mettre le mandat que le Seigneur m’a donné en exécution.

A Dieu seul, la gloire par son Fils Jésus qui nous a libérés du mal et de ses forces, à lui soit l’honneur de la pâque jusqu’à sa venue.

 

CHAMPI Apôtre non de la part des hommes, ni par un homme mais par Jésus-Christ et Dieu le Père. La puissance de Dieu c’est la connaissance. Connaître pour éviter de pécher et être affranchi de la mort éternelle. (Jean 8/32)

Rechercher dans le site

tell a friend

Suivez nous sur:

facebook    twitter

Qui est en ligne?

We have 7 guests and no members online

Nous serions heureux de partager encore plus ces révélations avec vous

contact

Contactez-nous

Designed by MEDIATRONIK