573ème message

 

LE PEUPLE CAMEROUNAIS  RETROUVERA LA PAIX ET L’UNITE NATIONALE QUE DIEU LUI A DONNEES POUR TRESOR, NON PAR LE RATTACHEMENT DE LA ZONE ANGLAISE A LA ZONE FRANCAISE, MAIS PAR LA POSSESSION DU CŒUR ET DE LA VIE DE L’ESPRIT DE SON CREATEUR

C’est le 573ème message

 

C’est l’heure que le peuple camerounais connaisse et vive la paix que son créateur lui a donnée par l’esprit de vérité. Lorsque Dieu avait sorti Noé et sa famille de l’arche après le déluge ou la destruction du premier monde, et que cette famille se multipliait sur la terre, tous parlaient une seule langue, avec les mêmes mots ; voila pourquoi il est dit : « Toute la terre avait une seule langue et les mêmes mots.» (Genèse 11/1).  Ces hommes qui parlaient une seule langue étaient comme un seul peuple sur la terre, ils avaient entrepris de construire une tour dont le sommet devait toucher le ciel, et Dieu s’était indigné de leur pensée. C’est pourquoi il les avait empêchés de réaliser leur projet, en les dispersant sur toute la terre et leur confondant de langage ; c’est pour cela qu’il est écrit : « Et l'Éternel dit: Voici, ils forment un seul peuple et ont tous une même langue, et c'est là ce qu'ils ont entrepris; maintenant rien ne les empêcherait de faire tout ce qu'ils auraient projeté. Allons! Descendons, et là confondons leur langage, afin qu'ils n'entendent plus la langue, les uns des autres. Et l'Éternel les dispersa loin de là sur la face de toute la terre; et ils cessèrent de bâtir la ville. C'est pourquoi on l'appela du nom de Babel, car c'est là que l'Éternel confondit le langage de toute la terre, et c'est de là que l'Éternel les dispersa sur la face de toute la terre.» (Genèse 11/6-9).

Ainsi, tous ces multiples peuples ou pays qui existent dans le monde, et ces diverses langues parlées par les hommes viennent de Dieu et par sa volonté. Le Cameroun est un pays situé en Afrique centrale, il a été colonisé par les pays occidentaux comme la majorité des pays africains, et c’est au 20ème siècle que la quasi-totalité de ces pays africains ont connu l’indépendance. Le Cameroun avait premièrement été colonisé par les allemands, et à la suite de la première guerre mondiale, les allemands ont été chassés par les Français et leurs alliés britanniques et belges. Après le départ des allemands, le Cameroun fut divisé en deux parties, comme butin de guerre, réparti entre les français et les anglais. Les français occupaient les 4/5ème du territoire, et les anglais le 1/5ème restant. Le Cameroun était donc divisé en deux parties: le Cameroun oriental, zone sous contrôle français, et le Cameroun occidental, partie sous administration anglaise. Mais le 10 avril 1948, à Douala, s’est levé un mouvement indépendantiste appelé Union des Populations du Cameroun (UPC), pour réclamer l’indépendance du Cameroun entre les mains de l’administration française. En mai 1955, un vaste mouvement social de protestation éclate, et l’administration française réagit en imputant la responsabilité à l’UPC. En juillet 1955, l’administration française interdit le mouvement, et en décembre 1956, Pierre MESSMER qui était un haut commissaire de la France au Cameroun, décida d’organiser les élections, tout en interdisant à l’UPC de se présenter. Le 12 mai 1957, André Marie MBIDA fut nommé premier ministre, en février 1958, Hamadou AHIDJO fut nommé premier ministre par l’administration française en remplacement d’André Marie MBIDA, démissionnaire. Le 13 septembre 1958, UM NYOBE qui était le leader du mouvement indépendantiste fut assassiné au maquis, par l’armée française, dans le département du Nyong Ekélé.

Le 15 mai 1960  Hamadou AHIDJO est élu premier président du Cameroun. Le 1er octobre 1961, le Cameroun britannique fut divisé en deux, une partie, le Cameroun septentrional,  fut rattachée au Nigéria, et une autre partie, le Cameroun méridional, représenté aujourd’hui par les régions du sud ouest et du nord ouest, fut rattachée au Cameroun indépendant. Après plusieurs années de dialogue entre les deux parties, le président Hamadou AHIDJO du Cameroun oriental et les leaders du Cameroun occidental sont parvenus à l’unification le 20 mai 1972. Le pays était désormais unifié et subdivisé en provinces. La date du 20 mai est devenue commémorative de l’unité nationale du Cameroun. Le 04 novembre 1982, le président Hamadou AHIDJO démissionne de son poste de président ; deux jours après, son premier ministre Paul BIYA devient le deuxième président de la république unie du Cameroun, et le 04 février 1984 il fait passer le Cameroun, de l’appellation république unie du Cameroun à celle de république du Cameroun. Lorsque le Cameroun occidental s’attachait au Cameroun oriental, John NGU FONCHA  était premier ministre et la deuxième personnalité dans ce pays, du 1er octobre 1961 au 13 mai 1965, puis fut succédé par Augustin NGOM JUA,  du 13 mai 1965 au 11 janvier 1968, et à la suite Salomon TANDENG MUNA du 11 janvier au 02 juin 1972.

 Le Cameroun compte 10 régions et 2 langues officielles des puissances coloniales, qui sont le français et l’anglais. Nous sommes aujourd’hui le 26 mars 2018, date où j’écris ce message, touché par la crise de paix  des camerounais dans les deux régions du nord et du sud ouest Cameroun, appelée crise anglophone, qui perdure, et qui a commencé depuis  2016. En vérité, depuis novembre 2009 que j’ai reçu le baptême pour commencer la mission que Dieu m’a envoyé accomplir sur cette terre, j’ai compris que cette génération a beaucoup de problèmes, non parce que certaines choses ne doivent pas arriver pour l’accomplissement des écrits de Dieu, mais parce qu’elle manque des envoyés de Dieu. C’est pour cela que l’apôtre Paul a reconnu que sans les envoyés des Dieu, il n’y a pas la prédication ou l’enseignement véritable, qui peut conduire à la croyance véritable, pour produire la véritable délivrance, tel qu’il dit : « Car quiconque invoquera le nom du Seigneur sera sauvé. Comment donc invoqueront-ils celui en qui ils n'ont pas cru? Et comment croiront-ils en celui dont ils n'ont pas entendu parler? Et comment en entendront-ils parler, s'il n'y a personne qui prêche? Et comment y aura-t-il des prédicateurs, s'ils ne sont pas envoyés? …» (Romains 10/13-15).

 Je ne suis ni politicien, ni quelqu’un du parti au pouvoir ou de l’opposition, mais je suis de la vérité de Christ, envoyé dans cette génération pour proclamer cette parole de lumière et de feu sur toute la terre. L’homme ne me corrompe pas, ni les choses que Dieu a créées pour moi, afin que je m’en serve, ni moins encore ce que les mains de l’homme ont transformé ou fabriqué. Après mon baptême en novembre 2009, j’ai compris que Dieu avait donné au peuple camerounais une grande paix qui n’est pas manifestée, mais qui est parlée de bouche. Mais comment le Cameroun manifestera t-il la paix de Dieu sans la vérité ? Parce que la paix vient de la vérité, et cette vérité est annoncée par les hommes de Dieu. Mais au Cameroun, lorsque je vois les premiers missionnaires, ils ont masqué cette vérité pour implanter les statuettes  à l’effigie des acteurs de cinéma, Olivia Hussey et Robert Powell, pour qu’elles soient prises et adorer pour Jésus et Marie. De l’autre coté, les hommes de Dieu des églises dites réveillées, sont plongés dans la séduction, l’ignorance, la suffisance, le commerce des produits dits spirituels, l’escroquerie et le faux. Les camerounais devraient comprendre que c’est Dieu qui leur a donné plus de 250 éthnies et plus de 250 langues maternelles ou dialectes, que du nord au sud, de l’est à l’ouest, ce n’est pas le français et l’anglais, des langues héritées de la colonisation, reconnues pour langues officielles du Cameroun, qui doivent bâtir leur unité nationale. En vérité, l’unité vient de la possession du cœur et de l’esprit de Dieu, pour avoir comme trésor l’amour, le vivre ensemble, le respect mutuel, la considération ….

Les deux langues officielles du Cameroun sont étrangères ; les camerounais n’ont pas pris une langue comme l’éjagham, le balong, le ngemba, le gbaya  l’ewondo, le douala, le moundang, le mabéa, le bassa …, une langue du territoire, pour en faire une langue nationale. Ce sont les hommes de Dieu qui ont baptisé le président Paul BIYA, qui est un ancien séminariste. Mais qui pouvait l’enseigner que le roi d’une nation ou le chef d’Etat d’une république est comme une maman qui a ses enfants et porte toute son action dans leur réussite et leur bien-être ? Et cette mère d’enfants mange après que les enfants aient mangé et se sont rassasiés. Le chef de l’Etat Paul Biya et tous les membres du gouvernement ne sont pas enseignés dans la vérité par ceux qui étaient censés le faire, mais l’étonnement est que ces derniers, les hommes de Dieu,  les contemplent   et les admirent pour des dieux. D’où viendra donc la véritable paix sans la vérité ? Avant et après que Paul BIYA ne soit président, il devait être enseigné que le dialogue est la clef ou le bâton du pouvoir, pour la gouvernance sur un peuple, et non la dictature par les armes.

Comment se fait-il  que lorsque le Président Paul BIYA arrive à Douala, il déclare : ‘‘me voici donc à Douala’’ comme si Douala ne faisait pas partie du Cameroun ou du territoire dont il est chef ? Comment se fait-il qu’un quart du budget annuel du pays  est dépensé pour la garde ou protection rapprochée du président, comme s’il n’était pas Camerounais ? C’est parce qu’il a bâti sa force et son pouvoir non pas sur le dialogue avec le peuple, mais sur les manœuvres d’intimidation, … afin de gérer le pays à sa guise. Lorsque Paul Biya, le président Camerounais, sort de son pays, il est toujours escorté plus que les autres chefs d’Etat du monde ; il fait barrer la route principale de la ville 4 heures avant sa sortie, et les militaires armés de la garde présidentielle sont souvent postés sur tous les immeubles  sur le long des routes. On n’a pas appris au président Paul BIYA à mépriser la gloire de l’homme, on ne lui a pas montré une gloire au dessus de celle des vanités, véritable gloire à affectionner ; aussi, il n’a pas écouté qu’il ne faut pas désirer le pouvoir de la terre mais plutôt celui qui est suprême et éternel. Il n’a pas compris qu’en sortant du ventre de sa mère pour rentrer dans la terre, ce court métrage est un passage pendant lequel il n’emportera rien dans sa chair, car elle est la coquille de son âme, ou encore sa chair n’est que le vêtement de son corps qui est l’âme. En vérité, le président doit comprendre que la plus grande richesse et gloire de l’homme sur la terre est de faire vivifier son âme et de revêtir sa nudité, en devenant le temple ou la maison de la gloire de Dieu.

Car si le pouvoir et la gloire sont pris pour Dieu, ce sont les êtres humains et toute la richesse du pays qui seront sacrifiés pour obtenir et préserver ce dieu.  La première personnalité de la république du Cameroun est Paul BIYA, la deuxième est le président du sénat, Marcel NIAT NJIFENJI, la troisième, le président de l’assemblée nationale, CAVAYEGUE Djibril, la quatrième, est le président du conseil économique et social, AYANG Luc, et c’est en cinquième position que se trouve le premier ministre chef du gouvernement, Philémon YANG ,  ceci n’est qu’un petit aperçu du problème anglophone, sans parler des autres domaines, et cela fait problème par rapport aux accords de Foumban. En vérité, le français et l’anglais doivent être enseignés de manière équitable au Cameroun, et aucune de ces deux langues ne doit être marginalisée, parce qu’elles sont toutes deux, des langues héritées des colons. Le Cameroun entier est plongé ou englouti dans la corruption, parce que presque tous  les candidats aux grands concours organisés au pays sont admis par voie de corruption, les nominations, les affectations… ne sont pas en reste.

Dans le Message 426, j’ai conseillé au président Paul BIYA de prendre le courage pour faire une conférence nationale, de disposer les avions pour faire venir les Camerounais de la diaspora, de faire sortir les ministres et anciens directeurs emprisonnés pour détournement de fonds publics, de faire appel aux membres de l’administration en fonction et ceux qui n’exercent plus, et leur demander de ramener l’argent du pays qu’ils ont amassé, sans s’oublier lui-même. Ils devront tous, à l’occasion de cette conférence nationale, confesser au peuple leurs mauvaises actions, lui avouer qu’ils se sont comportés comme des étrangers, non seulement en signant la double nationalité, mais en pillant les richesses du Cameroun pour aller les garder en occident pour des fins personnelles, et demander pardon au peuple de lui avoir volé, pillé, détruit, … . Ils devront prendre l’engagement de redevenir les vrais nationalistes qui s’activeront pour la reconstruction de ce pays comme les pays qu’ils ont admirés pour en faire leur seconde patrie. Ils devront désormais s’engager à lutter pour que l’argent, les relations ou les intérêts des lobbies ne prennent plus le dessus sur la justice, le mérite et la compétence, bâtir le développement du Cameroun  sur l’agriculture et l’élevage premièrement, aménager les routes dans les campagnes, leur pourvoir en eau potable et en énergie électrique, et non s’activer dans la vente de toutes ses essences forestières, du pétrole,   de l’or, du diamant, de l’uranium … du pays. Ils devront aussi valoriser le corps enseignant et médical, empêcher les conférences qui font siéger la rose croix, la franc maçonnerie, tel que cela a eu lieu ces derniers temps à Douala, et amener le peuple à choisir ses dirigeants, non sur la base des préférences tribales, des diplômes, de l’argent…  mais par rapport au cœur qui va se soucier du bien de ses compatriotes, et qui accomplira le vœu de leur cœur tel que Dieu avait choisi David pour diriger le peuple d’Israël, à cause de son cœur qui devait accomplir sa volonté, voilà pourquoi il rendait témoignage en disant :  « … J'ai trouvé David, fils d'Isaï, homme selon mon cœur, qui accomplira toutes mes volontés. » (Actes 13/22). 

En vérité, ce qui me choque encore est que, lorsque le peuple vit une pareille crise de paix, ce ne sont pas les philosophes, les politologues, les financiers, les économistes… qui devaient monter premièrement au créneau pour parler de la solution à ce problème, mais plutôt les hommes de Dieu par qui Dieu parle comme Joseph en Egypte, devant pharaon. Car ces intellectuels qui se basent et s’appuient sur leur intelligence pour trouver des solutions, disent qu’ils ne trouvent pas la porte de sortie de la crise dans le dialogue, parce que Paul BIYA, la président de la république, n’étant pas n’importe qui, ne peut pas dialoguer avec les brigands, les bandits, les voyous … Mais moi, en tant qu’envoyé de Dieu et porteur de la richesse de la paix, je reconnais que le seigneur Jésus-Christ avait quitté le ciel pour venir sur la terre dans un corps physique, dialoguer avec les voleurs, les tueurs, …afin de les ramener à la raison, combien de fois un homme comme Paul BIYA, considéré comme le père et chef de la nation ! Mais hélas, c’est un habitué des promenades en toute liberté dans les villes de la Suisse, et non dans celles du Cameroun son pays. Paul BIYA devait être tout le temps en tournée dans les régions du Cameroun jusque dans les coins reculés pour voir, toucher du doigt et fouler du pied la réalité, afin de ressentir le manquement de plusieurs choses qui conduisent la population à la souffrance tels que le manque de route, d’eau potable, d’énergie électrique, des centres de santé… ; il verra alors par exemple, comment les produits de l’agriculture pourrissent sur place dans les campagnes, par manque de route pour les acheminer vers les marchés en ville.

Depuis quelques temps, le président Paul BIYA est très fatigué, amorti, affaibli et régulièrement malade ; le pays est alors dirigé par les hommes du palais d’Etoudi qui prennent les décisions  non pour servir le peuple, et sous la couverture du président. Président Paul BIYA, il faut le dialogue avec les gens qui se révoltent dans la région du Sud et Nord ouest du Cameroun. N’écoutez pas ces intellectuels de la connaissance des choses de la terre qui vous demandent de ne pas dialoguer, de ne pas faire une tournée du coté de ces deux régions en crise de paix ! Mais écoutez plutôt la voix de Dieu, par les hommes de la connaissance du créateur de toute chose. Regardez comment les hommes en tenue et les civils sont tués, les enlèvements, les dégâts matériels, le retard accusé dans les programmes d’enseignement primaires, secondaires et universitaires, l’économie paralysée, certains camerounais refugiés au Nigéria… ! Pourquoi ne pas convoquer un dialogue national, car si vous ne faites pas attention, dans ce pays, vous vous masquerez un jour  en vous habillant avec un ‘‘ kaba Ngondo’’ et en vous coiffant d’une perruque, pour vous déguiser en femme afin de sortir du pays, sur une moto ou dans une pirogue.

J’aime manifester le plus grand amour envers tous les hommes, qui est de leur dire la vérité  afin de leur éviter le pire.

 

 

CHAMPI Apôtre non de la part des hommes, ni par un homme mais par Jésus-Christ et Dieu le Père. La puissance de Dieu c’est la connaissance. Connaître pour éviter de pécher et être affranchi de la mort éternelle. (Jean 8/32)

Rechercher dans le site

tell a friend

Suivez nous sur:

facebook    twitter

Qui est en ligne?

We have 38 guests and no members online

Nous serions heureux de partager encore plus ces révélations avec vous

contact

Contactez-nous

Designed by MEDIATRONIK