576ème message

 

ATTENTION ETAT D’URGENCE !!! C’EST L’HEURE QUE LES CAMEROUNAIS DU BAS PEUPLE, DANS LES DIX REGIONS, COMPRENNENT QUE LE CAMEROUN N’EST PAS SEULEMENT DANS UNE CRISE SOCIO POLITIQUE QUI FAIT COULER LE SANG DE SES ENFANTS DANS LES REGIONS DU SUD OUEST ET DU NORD OUEST ; MAIS LE PAYS TOUT ENTIER EST DANS LA CRISE DE LA MAL GOUVERNANCE QUI NE LAISSE AUCUNE REGION, NI AUCUN DOMAINE INDIFFERENT

                                 C’est le 576ème message

 

En vérité, je ne suis pas un politicien, ni un partisan du parti au pouvoir ou de l’opposition, ou encore manipulé par les hommes, mais je suis un partisan de la vérité du créateur. L’argent ou l’arme à feu n’influencent pas la parole de vérité du créateur que je porte en moi, parole qui n’est pas partisane d’un continent, d’une couleur de peau, d’une langue, d’une tribu ou du sang. Je ne parle et n’écris pas pour plaire aux hommes, ou pour me faire des ennemis, mais pour les aider, que cela leur plaise ou non. Je me rappelle qu’il y a quelques années, j’avais écrit un message sur l’Etat français. Dans ce message, j’ai démontré aux hommes quel genre d’enseignement cette nation qui se dit père de plusieurs pays d’Afrique donne aux africains lorsqu’elle adopte la loi qui légalise le mariage homosexuel, et que ses maires qui arborent des écharpes aux couleurs de la nation lors des célébrations des unions entre des personnes de même sexe, souillent le drapeau de la France ; cette pratique abominable autorisée par l’Etat français a plongé le peuple tout entier dans l’état de Sodome et Gomorrhe. Dans ce message je posais la question à tous ceux qui avaient voté cette loi, que si leur père avait épousé un homme, ou si leur mère s’était mariée d’une autre femme, comment devaient-ils naitre ? Un ancien chef d’Etat français dont je préfère taire le nom a lu ce message et est entré en contact avec moi. Il m’a fait savoir que mes écrits sont un grand danger pour le monde entier, et qu’il aimerait connaitre l’esprit que je possède, et qui me pousse à rédiger ces messages.

J’écris ce message le 24 avril 2018. Je vois le Cameroun plongé dans une crise socio politique qui fait couler le sang de ses enfants dans les régions du nord ouest et du sud ouest, sans qu’une véritable solution soit trouvée jusqu’à l’heure actuelle. Cette situation me fait pleurer et rend mon cœur amer, car moi je vois le Cameroun tout entier dans une crise profonde qui est la mal gouvernance, et elle touche tous les domaines. Au sud ouest et au nord ouest du Cameroun, des corps sans vie, tant du coté de l’armée que de celui des civils sont ramassés comme des mangues qui tombent d’un manguier agité par un violent vent. En vérité, au Cameroun, le bas peuple dans les dix régions doit se réveiller, et sortir de son sommeil pour comprendre que le pays n’est pas seulement dans une crise socio politique qui cause d’énormes pertes matérielles et en vies humaines dans les régions du nord ouest et du sud ouest, mais la nation toute entière est dans la crise de la mal gouvernance qui ne laisse aucune région, ni aucun domaine indifférent.

Que les yeux de tous les camerounais ressortissant des régions du nord ouest et du sud ouest s’ouvrent pour voir que leurs frères et sœurs, soldats et civils qui sont tués ne reviendront plus jamais, et qu’aucune nomination ou matériel donné ne pourra remplacer ces personnes qui leur étaient proches et chères. Qu’ils comprennent aussi que si les hommes d’Etoudi étaient sensibles au sang des camerounais qui est fait couler par d’autres camerounais, dès l’annonce de la perte en vies humaines dans ces revendications, ils se seraient rendus sur les lieux pour stopper cette destruction ; mais cela perdure, et depuis près de deux ans les soldats et civils se font tuer, certaines autorités administratives sont enlevées, une grande partie de la population se déplace pour se refugier au Nigéria, certaines écoles, brigades, domiciles…, sont incendiés.

Le président Camerounais devrait non seulement être très sensible à cette situation, mais aussi être couvert de honte ! Parce qu’il devrait se dire que le monde entier découvrira que le Cameroun son beau pays, tant vanté comme une terre d’accueil, d’hospitalité et de paix, une nation multiculturelle et bilingue, appelée à faire venir beaucoup d’investisseurs pour contribuer à son développement économique, est en train de perdre de sa notoriété sur la face du monde. En vérité, si le président Paul Biya a envoyé dans ces régions plusieurs délégations jusqu’au premier ministre chef du gouvernement sans qu’une solution définitive soit trouvée, il devrait en tirer une leçon. En effet, Le président Paul BIYA doit comprendre en tant que chrétien et ancien séminariste, que si Jésus-Christ, roi de gloire, avait quitté le ciel pour venir sur la terre parler avec des gens en crise de vie, de liberté et de paix éternelle dans leurs âmes, afin de leur apporter à travers le dialogue, l’exhortation ou l’enseignement la vie, la liberté et la paix éternelle que leurs âmes avaient besoin, combien de fois un homme comme lui ne le ferait t-il pas aujourd’hui ? Celui qui gouverne ces deux régions en crise ne descendra t-il pas dans ces localités où tombent chaque jour les fils du pays ?

En vérité, le président Paul Biya, en tant que père de la nation camerounaise, devrait se dire que ses enfants qui sont dans la région du sud ouest et du nord ouest n’ont pas besoin d’autres personnes pour les calmer, si ce n’est leur père ; il devrait y aller et faire appel à tous les fils de ces deux régions qui sont des autorités administratives, religieuses, traditionnelles, politiques… pour revoir ensemble, dans un dialogue juste et équitable, les clauses établies par le passé à la conférence de Foumban, et les mettre en application, notamment veiller sur l’effectivité de l’enseignement équitable des deux langues des colons, le français et l’anglais au Cameroun.

En vérité les réclamations ou revendications des camerounais des régions du nord ouest et du sud ouest ne valent pas les être humains qui sont tués chaque jour. Mais je dis aux populations revendicatrices dans ces deux régions d’ouvrir les yeux pour voir que c’est le bas peuple qui souffre, ce sont les pères et mères de famille qui sont tués tant du coté des forces armées que des civils, laissant un grand vide dans les familles. C’est l’absence de dialogue entre le chef de l’Etat et les forces sécessionnistes qui fait couler autant de sang, tout ceci étant la conséquence de la mal gouvernance.

En vérité, je n’ai jamais vu un gouvernement en carence de justice et de pitié comme celui actuellement au Cameroun, qui maltraite les populations et pille leurs ressources naturelles, vide les caisses de l’Etat pour aller stocker l’argent en occident à des fins personnelles. Comprenons que ces dirigeants ont pour la quasi-totalité une double nationalité ; certains sont par exemple citoyens de la suisse, de la France, des Etats-Unis…. Dans un esprit de malhonnêteté, pour se protéger des poursuites judiciaires après leur fonction, ils adoptent la posture de citoyen européen ou américain. Ces dirigeants à la double nationalité sont dotés d’un esprit qui les pousse à agir comme si leurs mères sont camerounaises et leurs pères sont des occidentaux ; donc quand ils sont encore en fonction au Cameroun, ils sont chez leurs oncles maternels pour tout voler, et ramener chez leur papa, et au pays des oncles, ils n’ont guère de sentiment. Au Cameroun, la loi de déclaration des biens personnels ne sert à rien, car du plus grand au plus petit de ces dirigeants, ils volent des sommes colossales au profit des pays étrangers. En vérité, si les biens détournés par les ministres de l’Etat camerounais ne nourrissaient par leurs ambitions d’accéder à la présidence ou à Etoudi, le président Paul Biya ne se serait-il pas en réalité préoccupé de ces détourneurs de fonds publics ? Mais il sait qu’il en est le maitre, et ce que ces dirigeants font est calqué sur sa propre gestion du pays.

Au Cameroun, tous les ministres sont milliardaires et pourtant, un ministre d’Etat dans ce pays a 794 651 francs CFA de salaire, un simple ministre a 679 287 francs CFA de salaire, un vice ministre ou un secrétaire d’Etat a 583 228 francs CFA de salaire. Comment se retrouvent-ils donc avec des milliards en espèces dans leurs comptes bancaires personnels, sans compter ce qu’ils ont comme investissement ? Ils sont tous des voleurs et se moquent du bas peuple, c’est pourquoi au Cameroun, tout un gouvernement est en prison, et vous trouverez que ceux qui sont en fonction ou ceux qui sont en liberté ont plus volé que ceux sous les barreaux. Au Cameroun, l’ancien premier ministre chef du gouvernement INONI Ephraïm est en prison, condamné à 20 ans d’incarcération, l’ancien ministre de l’Etat et secrétaire général à la présidence de la république, Jean Marie ATANGANA MEBARA est en prison, condamné à 25 ans. L’ancien ministre de l’administration territoriale et de la décentralisation MARAFA HAMIDOU YAYA est enfermé et condamné à 20 ans de prison, l’ancien ministre de l’économie et des finances Polycarpe ABAH ABAH est incarcéré, condamné à 25 ans de prison, l’ancien ministre de la santé publique Urbain OLANGUENA AWONO condamné à 20 ans de prison.

De même, l’ancien directeur général du port autonome de Douala et ancien ministre de l’eau et de l’énergie Alphonse SIYAM SIWE est condamné à perpétuité, l’ancien administrateur et directeur général de la CAMAIR, Yves Michel FOSTO est aussi condamné à vie. L’ancien directeur général du FEICOM, Emmanuel Gérard ONDO NDONG est condamné à 30 ans de prison, l’ancien directeur général du chantier naval et industriel du Cameroun Zachareus FORJIDAM, condamné à vie, l’ancien directeur général de la SODECOTON, IYA MOHAMED condamné à 15 ans de prison, l’ancien directeur général de la Société Immobilière du Cameroun, Giles Roger BELINGA condamné à 20 ans de prison, l’ancien directeur général des aéroports du Cameroun Roger NTONGO ONGUENE, condamné à 30 ans de prison, sans compter les deux anciens directeurs de la CRTV, Gervais MENDO ZE ET AMADOU VAMOULKE, ainsi que les secrétaires d’Etat, les délégués régionaux, les recteurs d’université, les préfets et sous-préfets, les maires sont en prison pour détournement de fonds publics.

Certains de ces hommes sont morts en prison comme l’ancien ministre des finances BOOTO A NGON , l’ancien directeur des télécommunications au ministère des postes et télécommunications, Dieudonné ANGOULA, l’ancien secrétaire d’Etat aux enseignements secondaires Catherine ABENA, l’ancien ministre délégué en charge du budget au ministère de l’économie et des finances , Henri ENGOULOU, l’ancien ambassadeur du Cameroun aux Etas Unis Gérôme MEDOUGA … ont perdu la vie en prison. D’autres ont fui le pays comme l’ancien directeur général des ports autonomes de Douala Jean Marcel Dayas MOUNOUME, condamné à 15 ans de prison, Assène NKOU condamné à 25 ans de prison, Lazare ESSIMI MENYE …. Il y’a également des centaines de personnes qui ont quitté leurs fonctions et vivent en liberté, mais qui sont tous des prisonniers, parce elles ont volé dans les caisses de l’Etat.

Ils ont élevé et enraciné la corruption au Cameroun, au point où les nominations et les affectations s’effectuent non sur la base du mérite, mais moyennant des pots de vin, les appartenances aux mêmes lobbies …c’est aussi le cas des grades dans le corps des armées, l’admission dans les grands concours de l’Etat ; ainsi, la corruption, la médiocrité, l’inconscience, la facilité … ont pris le dessus sur le mérite, la performance, la loyauté...

A coté, les gouvernants camerounais ont privatisé la majorité des sociétés d’Etat sans remords. Que c’est ridicule d’entendre que le Cameroun ait accepté privatiser les sociétés qui lui fournissent de l’eau à boire, l’électricité qui éclaire et fait tourner les appareils! Ils ont privatisé la SNEC le 02 mai 2008, la SONEL le 18 juillet 2001, la CAMSUCO le 22 décembre 1998, la CHOCOCAM Le 11 décembre 1995, l’HEVECAM le 09 décembre 1996, la REGIFERCAM le 1er mars 1999, le CEPER le 14 septembre 1998, la BICEC le 31 décembre 1999, la CAMSHIP le 13 février 1997, la SOCAMAC, LE 3 octobre 1993, la CDC le 18 OCTOBRE 2002, la SOCAM le 19 décembre 1992 …

En vérité, si le président Paul Biya dans sa jeunesse ne parcourait pas le pays pour toucher du doigt la souffrance de sa population, et intervenir de manière efficace pour résoudre les problèmes du peuple, combien de fois s’il est déjà vieux et malade ! Les hommes qui l’entourent veulent qu’il demeure au pouvoir, car il est l’arbre qui cache la foret ; ainsi ils continueront à signer les accords pour faire entrer dans le pays les étrangers qui exploitent et exploiteront abusivement les richesses du Cameroun, notamment dans la région de l’est, et feront multiplier leurs avoirs dans leurs comptes bancaires à l’étranger, pour connaitre une retraite au soleil dans leur deuxième patrie. En vérité, dans plusieurs de mes écrits que j’envoie jusqu’à la présidence à Etoudi, j’ai demandé au président Paul BIYA de faire appel à tous les camerounais de la diaspora et organiser un dialogue national afin de rebâtir un Cameroun nouveau. Dans cette optique, il devrait faire venir les restes de la dépouille du feu président Hamadou AHIDJO du Sénégal, sortir tous les prisonniers qui ont détourné l’argent du pays pour qu’ils le restituent, sans oublier les autres détourneurs en fonction, ceux en retraite et lui-même. L’argent qui sera remis dans les caisses de l’Etat servirait alors pour investir dans l’éducation, la santé, les infrastructures routières, la création des grands chantiers et sociétés afin de baisser le taux de chômage, l’électrification et l’approvisionnement en eau potable … Le président de la république devrait en outre veiller à la révision de la constitution pour limiter l’exercice de la fonction présidentielle à deux mandats, du code électoral et organiser une élection transparente.

Le dialogue national permettra au président et à ses collaborateurs de rester dans le pays dans une grande dignité même après la fin de leur fonction, et le président pourra même rester comme conseiller pour le nouveau président. Les dirigeants Camerounais seront ainsi épargnés de fuir le Cameroun comme un rat dans un trou acculé par des chiens. Regardez ces jours-ci, ATANGANA KOUNA, ancien ministre de l’eau et de l’énergie qui voulait fuir le Cameroun en passant par le Nigéria, mais il a été attrapé et ramené dans un avion comme un pangolin vivant, enroulé dans un filet par le chasseur.

Ce que j’écris est pour le bien des camerounais, tant dans l’esprit que dans le physique, mais si le président Paul BIYA et son gouvernement n’organisent pas ce dialogue, mieux vaut qu’ils laissent le Cameroun vide de ses richesses comme une orange dont on a pressée, que de le laisser dans un bain de sang.

 

CHAMPI Apôtre non de la part des hommes, ni par un homme mais par Jésus-Christ et Dieu le Père. La puissance de Dieu c’est la connaissance. Connaître pour éviter de pécher et être affranchi de la mort éternelle. (Jean 8/32)

 

Rechercher dans le site

tell a friend

Suivez nous sur:

facebook    twitter

Qui est en ligne?

We have 6 guests and no members online

Nous serions heureux de partager encore plus ces révélations avec vous

contact

Contactez-nous

Designed by MEDIATRONIK