Pin It

 

POURQUOI LES HOMMES PRENNENT-ILS LEUR SEMBLABLE OU LE MAUVAIS ESPRIT POUR ENNEMI, MAIS IGNORENT LE PECHE QUI L'EST VERITABLEMENT ?

C’est le 609ème message.
 
         En vérité, en ces derniers temps, Dieu par sa grâce et son amour nous interpelle par de multiples enseignements qu’il nous donne, pour que étant prévenus à la connaissance de la vérité, nous soyons affranchis de l’ignorance, du péché et de la mort éternelle. Le combat des hommes ou des chrétiens aujourd’hui est beaucoup plus vain, parce qu’il est orienté contre les hommes ou contre les mauvais esprits et leurs œuvres, et non contre le péché ou la mauvaise vie. L’homme a pour ennemi à abattre, à détruire, à effacer…, son semblable ou le mauvais esprit. Beaucoup d’hommes réfléchissent à longueur de journée, et parfois même perdent le sommeil pour trouver voies et moyens pour faire souffrir leur ennemi qui est leur semblable.
         Les privations recherchées sont diverses; dans ce monde, quelqu’un prive à son semblable le mariage, le diplôme, le travail, l’enfantement, la santé, le voyage, la joie, la paix, les finances, la nourriture, et même l’intelligence à ses enfants. Les hommes utilisent pour combattre les mauvais esprits les encens, les bracelets, les mouchoirs, les huiles, les eaux, les récitations des psaumes, les écorces, les herbes…. Le combat que l’homme mène contre son semblable élève la jalousie, les rivalités, la corruption, le faux, la convoitise la sorcellerie, les envoutements, les mauvais sorts, les maladies, la misère… ; celui mené contre le mauvais esprit élève la fabrication, la vente et l’utilisation des objets appelés produits spirituels.
         Or le péché, qui n’est pas considéré par l’homme, est par contre son véritable ennemi. II ne peut donc le combattre parce qu’il l’ignore ; et le péché n’étant pas combattu, croit rapidement et se répand dans cette génération. Cette situation réjouit le diable, mais attriste le seigneur Jésus, pour qui chaque dimanche matin, les instruments de musique accompagnés de chants de louanges et d’adoration jouent des mélodies pour le glorifier. En effet, prendre l’homme pour ennemi, c’est ignorer le véritable ennemi, et ignorer le véritable ennemi, c’est ignorer aussi le véritable combat qu’il faut mener.
         Or le véritable ennemi de l’homme, c’est le péché ; cet ennemi agit depuis les premiers hommes qui sont Adam et Eve. Le péché avait privé l’âme de l’homme de la vie, depuis le jardin d’Eden, nous privant aussi par la même occasion de la gloire de Dieu ; c’est même pourquoi il est dit : « Car tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu.» (Romains 3/23). Mais le seigneur Jésus est venu nous délivrer de notre véritable ennemi, c’est-à-dire nous sauver du péché qui empêchait notre âme de vivre ; voilà pourquoi l’ange de Dieu parlait à Joseph au sujet de sa femme enceinte, lui disant : « elle enfantera un fils, et tu lui donneras le nom de Jésus; c'est lui qui sauvera son peuple de ses péchés. » (Matthieu 1/21).
         Jean Baptiste, voyant le seigneur Jésus, avait reconnu que c’est lui qui est venu ôter en homme la charge qui l’empêchait d’être droit pour entrer au royaume des cieux ; voila pourquoi il dit : « … Voici l'Agneau de Dieu, qui ôte le péché du monde.» (Jean 1/29). Le seigneur Jésus est venu pour les pécheurs, afin de les sauver du péché ; c’est pour cela que l’apôtre Paul dit : « C'est une parole certaine et entièrement digne d'être reçue, que Jésus Christ est venu dans le monde pour sauver les pécheurs, dont je suis le premier. » (1 Timothée 1/15). C’est encore pour cela que le seigneur Jésus dit : « Je ne suis pas venu appeler à la repentance des justes, mais des pécheurs. » (Luc 5/32). Dieu avait prouvé son amour envers les pécheurs en envoyant le seigneur Jésus venir mourir pour eux, tel qu’il est écrit : « Mais Dieu prouve son amour envers nous, en ce que, lorsque nous étions encore des pécheurs, Christ est mort pour nous. » (Romains 5/8).
         En vérité, le seigneur Jésus ne veut pas que nous péchions, c’est pour cela qu’il avait dit à la femme qui fut coupable d’adultère : « … Je ne te condamne pas non plus: va, et ne pèche plus. » (Jean 8 /11), aussi au malade qu’il avait guéri et trouvé dans le temple, il lui dit : « … Voici, tu as été guéri; ne pèche plus, de peur qu'il ne t'arrive quelque chose de pire. » (Jean 5 /14). En vérité, malgré que le seigneur Jésus ait vaincu le péché pour nous, le péché reste un véritable ennemi très coriace pour l’homme ; et c’est pour cela qu’il nous met en éveil ou en garde en disant qu’aux derniers jours, plusieurs viendront lui dire qu’ils ont réalisé beaucoup de choses à son nom, mais il leur répondra qu’il ne les ait jamais connus, pécheurs qu’ils soient, tel qu’il est écrit : « Plusieurs me diront en ce jour-là: Seigneur, Seigneur, n'avons-nous pas prophétisé par ton nom? N’avons-nous pas chassé des démons par ton nom? et n'avons-nous pas fait beaucoup de miracles par ton nom? Alors je leur dirai ouvertement: Je ne vous ai jamais connus, retirez-vous de moi, vous qui commettez l'iniquité. » (Matthieu 7 /22-23).
         Le salaire du péché, c’est la mort, tel qu’il est dit : « Car le salaire du péché, c'est la mort; mais le don gratuit de Dieu, c'est la vie éternelle en Jésus Christ notre Seigneur.» (Romains 6 /23). Mais les hommes ou les chrétiens d’aujourd’hui ont pour véritable ennemi leur semblable ou le mauvais esprit, et non le péché, qui est leur véritable ami.
         En vérité, commettre l’adultère ou la fornication pour faire plaisir à sa chair n’est plus quelque chose de lamentable pour les hommes, mais plutôt des actes approuvés. Mentir, tromper, voler, corrompre, convoiter, pratiquer le faux, calomnier, insulter, mépriser, jalouser, causer les divisions, pratiquer l’orgueil, le mépris, l’idolâtrie, la magie, la sorcellerie, sont des actes qui font plaisir aux hommes, alors qu’ils devraient les plonger dans la tristesse, les lamentations et les pleurs. Le péché est notre ami et non notre ennemi que nous devons combattre ; et notre semblable que Dieu nous demande d’aimer est notre véritable ennemi, que nous combattons fort bien. Dans les communautés appelées églises, c’est la misère, la sécheresse ou la pauvreté financière, le célibat, le chômage, … qui sont combattus à la place du péché. Or, les péchés que nous commettons nous masquent et nous voilent devant Dieu, l’empêchant de nous voir et de nous sauver; voilà pourquoi il est dit : « Non, la main de l'Éternel n'est pas trop courte pour sauver, Ni son oreille trop dure pour entendre. Mais ce sont vos crimes qui mettent une séparation Entre vous et votre Dieu; Ce sont vos péchés qui vous cachent sa face Et l'empêchent de vous écouter. » (Esaie 59 /1-2).
          Si dans un monde de chrétiens le péché n’est pas l’ennemi à combattre, mais un ami à aimer, cela veut dire que le mal est élevé et sans frein. L’homme a pour ami le péché qui le détruit, et qui est plus dangereux que l’homme lui-même ; c’est pour cela que le seigneur Jésus nous demande de ne pas craindre l’homme, qui n’a que le pouvoir sur la chair, mais craindre plutôt le péché qui peut envoyer l’âme et le corps dans le lac de feu éternel tel qu’il dit : « Ne craignez pas ceux qui tuent le corps et qui ne peuvent tuer l'âme; craignez plutôt celui qui peut faire périr l'âme et le corps dans la géhenne.» (Matthieu 10 /10-28). Si c’est l’homme qui est combattu, le diable ne sera jamais combattu ; si c’est l’homme qu’on cherche à dominer, le diable ne sera jamais vaincu. Si c’est le mauvais esprit qui est dominé, le diable ne sera jamais inquiété ; d’ailleurs, il a pourvu les encens, les savons, les parfums saint Michel, les bracelets, les mouchoirs, les eaux, le sel… pour combattre les mauvais esprits. Mais si le péché est vaincu, le diable aussi est vaincu, parce que c’est par le péché qu’il est passé pour tuer l’homme depuis le jardin d’Eden ; et malgré la mort du seigneur Jésus sur la croix, le diable se sert toujours du péché pour maintenir les hommes dans la mort.
           Or, pour être vivant ou libre, c’est en Jésus, voilà pourquoi il est dit : « Il n'y a donc maintenant aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus Christ.» (Romains 8 /1). Le péché étant aimé, et l’homme ayant pour ennemi l’homme, assurent la croissance du mal dans ce monde. Mais à qui profite donc ce faux combat? A Jésus ou à satan ? En vérité, si nous craignons Dieu en esprit et en vérité, nous avons plus peur des mauvais esprits, parce que ces esprits sont vaincus en nous par la présence de Dieu qui est esprit ; voilà pourquoi il est dit : « … vous les avez vaincus, parce que celui qui est en vous est plus grand que celui qui est dans le monde. » (1 Jean /4-4).
          Ma prière aujourd’hui à Dieu, c’est qu’il nous ouvre les yeux de l’esprit, pour que nous fuyions aussi le péché qui tue notre âme, comme nous fuyons le serpent qui peut nous mordre et nous faire mourir dans la chair.
         A Dieu seul, la gloire et le merci, par le seigneur Jésus Christ, qui ne cesse de nous éclairer et de nous ramener dans sa volonté par ces messages, afin de nous éviter le lac de feu éternel.
CHAMPI Apôtre non de la part des hommes, ni par un homme mais par Jésus-Christ et Dieu le Père. La puissance de Dieu c’est la connaissance. Connaître pour éviter de pécher et être affranchi de la mort éternelle. (Jean 8/32)
Haut de page
Bas de page

NEWLETTER

Recevez nos publications et bien plus directement dans votre boite mail.

QUI EST EN LIGNE?

Nous avons 17 invités et aucun membre en ligne

CHAMPIDINO designed by MYDIGITALBUILDER