COMMENT DEVENIR RICHE, GRAND ET PUISSANT EN DIEU ?

C’est le 192ème Message 

 

       Dieu c’est sa parole et cette parole nous dit : « Vous petits enfants, vous les avez vaincus parce que celui qui est en vous est plus grand que celui qui est dans le monde » (1Jean 4/4). Contrairement donc à la grandeur et la puissance de ce monde qui viennent de l’argent et des titres, celles de Dieu viennent de la justice, de la sainteté et de la miséricorde du Seigneur Jésus.

       Etre dans la richesse, la grandeur et la puissance en Dieu, c’est se considérer d’abord comme étranger et voyageur sur la terre (1 Pierre 2/11), ensuite, c’est considérer sa chair qui est poussière comme un habit que l’homme a longtemps porté et qui, à un moment donné l’enlève sur son corps et le jette parce qu’il n’est plus utile pour lui ; tel est le cas de notre corps physique vis-à-vis de notre âme. De même, l’argent, bon serviteur mais un mauvais maître est pour un enfant de Dieu utile pour peu de chose. L’avoir ou ne pas l’avoir, celui qui est de Dieu se voit toujours riche, grand et puissant à travers la justice, la sainteté et la miséricorde du Seigneur Jésus qu’il mène. Il est en joie et en paix quand il voit l’homme écouter et vivre par cette parole afin de vivifier son âme. Il est en joie et en paix quand il voit les hommes en santé, se marier, avoir des enfants, réussir dans tout ce qu’ils entreprennent de faire. Sa joie et sa paix c’est quand il voit les gens construire des maisons, avoir de quoi manger, même si lui il ne possède pas d’endroit où dormir, des vêtements de rechange ou encore de l’argent pour s’offrir de quoi manger. Même quand il est en manque dans le physique, il prie toujours Dieu de donner non pas à lui, mais à son prochain tout ce qui peut être utile pour sa chair. Mais il est triste quand il voit que les hommes n’aiment pas écouter, encore moins vivre la sainte parole, même si ceux-ci ont de l’argent comme le sable en bordure de la mer.

       En outre, pour un enfant de Dieu en esprit et en vérité, la pitié est son regard, le pardon son sourire, l’humilité son entendement, et la justice ses pas. Il n’aime pas son semblable pour son matériel, sa popularité, son titre, sa couleur de peau, sa langue parlée, mais il l’aime pour la justice, la sainteté, la miséricorde du Seigneur Jésus-Christ qu’il vit. Etant donc ami de Jésus-Christ, il aime tous ceux qui craignent et aiment Dieu en esprit et en vérité (Psaumes 119/63). De même, la vie d’un enfant de Dieu ne dépend pas du matériel, mais de la justice, de la sainteté et de la miséricorde du Seigneur Jésus. Pour lui, le matériel et son corps physique ne sont rien parce qu’ils passent comme un vent, mais c’est ce que son âme vit (justice, sainteté et miséricorde du Seigneur Jésus) qui est tout. De plus, insulter un enfant de Dieu, le traiter de pauvre, de fou à cause de la pensée et le sentiment de Jésus-Christ qu’il porte en lui fait sa gloire et sa grandeur. L’injure, l’outrage, le rejet ne le mettent pas en colère et ne font pas non plus sa faiblesse, mais tout cela lui donne plutôt la joie et la force.

       Un enfant de Dieu est celui-là qui méprise la jalousie, les haines, l’orgueil … en lui et c’est donc cela qui lui permet d’avoir un petit cœur face au matériel mais aussi face à toute autre chose vaine. Mais son cœur est gros quand il s’agit de souffrir pour les autres dans l’esprit, dans le sentiment, dans le physique et même dans le matériel, parce qu’il aime voir son semblable manger … ; pour lui, sa richesse est dans son cœur et non dans ce qu’il peut posséder physiquement. Car il reconnait que ce qu’il porte dans son cœur c’est ça qui lui appartient et lui appartiendra pour l’éternité.

       Par ailleurs, un enfant de Dieu se lamente quand il perd un nouveau cœur et non quand il manque des choses physiques (Ezéchiel 36/26). Et quand bien même il manque quelque chose dans son physique, il se considère comme le plus riche parce que le créateur habite en lui. Car il sait que quand on a le créateur, on a tout. Le péché est son ennemi et non le sorcier et le magicien ; il sait que si le péché ne le domine pas, les confessions, les esprits des sorciers et des magiciens ne peuvent pas non plus le dominer. Il sait qu’il est dieu non pas dans le matériel, le titre, la popularité et les acclamations des hommes, mais dans la justice, la sainteté et la miséricorde du Seigneur Jésus. Il considère ce monde comme une poubelle et l’odeur que celle-ci dégage reflète la mauvaise vie des hommes. Il a un pardon et un amour illimités. Sa prière de tous les jours c’est que son prochain vive non seulement dans l’âme, mais qu’il possède aussi ce qui est utile pour sa chair. Même quand il a de l’argent, il va vers ceux qui n’en ont pas en les considérant comme étant au-dessus de lui. Il considère tous les enfants du monde entier comme ses propres enfants, voilà pourquoi en lui, se manifeste toujours le vif désir de les voir tous réussir. Il considère l’être humain comme la plus grande créature de Dieu et dont il admire avec joie et non avec une envie de la détruire. Il se réjouit non des années que vit sa chair, mais des fruits de la justice et de la miséricorde que porte son âme (Jean 15/8). Voilà donc ce qui fait la richesse, la grandeur et la puissance d’un enfant de Dieu. Il témoigne dans ce monde l’esprit, la pensée, le sentiment et la vie du royaume des cieux devant les hommes comme lui. Or, si les hommes étaient riches, grands, puissants devant Dieu, il n’y aurait pas trop de mal tel que nous le constatons aujourd’hui, et cet excès de mal témoigne donc la pauvreté, la petitesse et la faiblesse de l’homme devant Dieu.

A Dieu soit la gloire par Jésus-Christ pour l’éternité.

 

CHAMPI Apôtre nom de la part des hommes, ni par un homme mais par Jésus-Christ et Dieu le Père. La puissance de Dieu c’est la connaissance. Connaître pour éviter de pécher et être affranchi de la mort éternelle.(Jean 8/32)

COMBIEN D’APOTRES LE SEIGNEUR JESUS AVAIT-IL LAISSES

LORS DE SON ENLEVEMENT AU CIEL ?

C’est le 187ème Message 

 

 

       L’ignorance de la connaissance de la vérité est une épidémie qui fait rage dans ce monde, et c’est un miracle aujourd’hui de trouver quelqu’un qui n’est pas atteint de cette maladie. Les hommes sont atteints de l’ignorance de la connaissance de la vérité, mais ils ne se reconnaissent pas comme tel. Car ils pensent avoir trouvé le médicament, pourtant, c’est le calmant qu’ils prennent. Or, un médicament unique existe depuis des siècles, qui guérit ce mal éternel ; et ce médicament c’est la vérité. Voilà pourquoi il est dit : « Vous connaîtrez le médicament (la vérité) et il vous guérira (vous affranchira)» (Jean 8/32).

       Le diable connaît la lumière que le Seigneur Jésus m’a fait porter pour transmettre aux hommes. Et il sait donc que cette lumière constitue un grand danger pour lui, voilà pourquoi à chaque endroit où je suis (là où mes messages sont lus), il excite ses gens à dire : « Le Seigneur Jésus avait seulement laissé douze apôtres, et moi je ne figure pas parmi les douze, par conséquent, je suis un faux apôtre, celui qui égare, c'est-à-dire celui qu’on ne doit pas écouter ou considérer » (Jean 10/20). D’autres même disent : « qui m’a consacré apôtre ? ». Mais il faut que ces hommes comprennent que celui qui a établi Simon Pierre et Paul apôtres, c’est le même qui m’a établi. Pour moi, ce n’est pas une gloire d’être appelé apôtre par les hommes, d’ailleurs, je sais ce que les hommes apprécient. Je n’ai pas été édifié par un homme pour enseigner ou écrire les messages que vous lisez. D’ailleurs, lors de mon baptême en Novembre 2009, le pasteur (celui qui m’a baptisé) m’a dit en présence de plusieurs personnes que : ‘’je suis un messager de Dieu, et je ne connais pas encore ce que je suis moi-même’’. Car je ne mens point, Dieu m’en est témoin, et ces gens aussi.

       Lorsque j’avais commencé en Janvier 2010 l’œuvre pour laquelle le Seigneur m’a choisi (étant dans le lieu où il m’avait envoyé), sans être même édifié sur les saintes écritures par un homme, je disais toujours que je suis un envoyé de Dieu, et jamais je n’avais sorti de ma bouche que je suis pasteur ou apôtre ou prophète. Mais c’est dans une vision que j’ai suivi une voix qui m’a dit : « Si on te demande qui es-tu ? Réponds que tu es apôtre de Jésus-Christ » et quand je m’étais réveillé, j’ai su que c’était le Seigneur qui m’avait parlé. Je sais d’ailleurs qu’être appelé apôtre ne me glorifie pas, ne m’appartient pas et ne me rend pas non plus grand dans le ciel, mais seule l’œuvre que je dois abattre. Croyez-vous que si quelqu’un qui ne connaît pas ou ne vit pas la Parole de l’Esprit de Vérité de l’unique Apôtre qui est Jésus-Christ m’appelle apôtre cela me réjouira ? Au contraire ça me rendra triste. Il est bon pour les aveugles et les sourds de ne plus dire que : ‘’le Seigneur Jésus avait laissé 12 apôtres, ou alors qu’il n’y a plus d’apôtres, que tout cela c’était au temps de Jésus’’. Car Dieu c’est la révélation ; voilà pourquoi il est dit : « Mon enseignement ne vient pas de moi, mais de celui qui m’a envoyé » (Jean 7/16 ; Jean 13/20).

       Le Seigneur Jésus avait choisi douze apôtres (Marc 3/16-19) et ces derniers travaillaient avec lui et il les envoyait souvent prêcher le Royaume des Cieux (Marc 3/13-15 ; Luc 9/1-2). Parmi les 12 apôtres se trouvait Judas par qui le diable était passé afin de livrer le Seigneur Jésus aux mains des sacrificateurs. Voilà pourquoi Luc 22/3-6 dit « Or, Satan entra dans Judas, surnommé Iscariot, qui était du nombre des douze. Et Judas alla s'entendre avec les principaux sacrificateurs et les chefs des gardes, sur la manière de le leur livrer. Ils furent dans la joie, et ils convinrent de lui donner de l'argent. Après s'être engagé, il cherchait une occasion favorable pour leur livrer Jésus à l'insu de la foule ». Mais tout ceci n’était que l’accomplissement de ce qui avait été annoncé par les prophètes. Et lorsque Judas avait vu la manière par laquelle on torturait le Seigneur Jésus et ceci jusqu’à la dernière décision de sa condamnation à mort, il s’est senti coupable et a préféré donc lui-même se pendre. Voilà pourquoi Matthieu 27/3-5 dit : «Alors Judas, qui l'avait livré, voyant qu'il était condamné, se repentit, et rapporta les trente pièces d'argent aux principaux sacrificateurs et aux anciens, en disant : J'ai péché, en livrant le sang innocent. Ils répondirent: Que nous importe? Cela te regarde. Judas jeta les pièces d'argent dans le temple, se retira, et alla se pendre ». Car Judas avait reconnu que le Seigneur Jésus ne méritait pas tout ce qu’il subissait comme torture.

       Aussi, de la mort du Seigneur Jésus jusqu’à son enlèvement au ciel, en passant par sa résurrection, il n’y avait qu’onze apôtres, parce que Judas était déjà mort. Voilà pourquoi il est dit : « Enfin, il apparut aux onze, pendant qu'ils étaient à table; et il leur reprocha leur incrédulité et la dureté de leur cœur, parce qu'ils n'avaient pas cru ceux qui l'avaient vu ressuscité. Puis il leur dit: Allez par tout le monde, et prêchez la bonne nouvelle à toute la création. Celui qui croira et qui sera baptisé sera sauvé, mais celui qui ne croira pas sera condamné » (Marc 16/14-16). De même il est dit : « Les onze disciples allèrent en Galilée, sur la montagne que Jésus leur avait désignée. Quand ils le virent, ils se prosternèrent devant lui. Mais quelques-uns eurent des doutes. Jésus, s'étant approché, leur parla ainsi: Tout pouvoir m'a été donné dans le ciel et sur la terre. Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit, et enseignez-leur à observer tout ce que je vous ai prescrit. Et voici, je suis avec vous tous les jours, jusqu'à la fin du monde.» (Matthieu 28/16-20).

       En fait, le Seigneur Jésus en montant au ciel n’avait laissé qu’onze apôtres ;mais comme il était annoncé par les prophètes qu’un autre remplacera Judas dans la charge de son ministère, c’est pourquoi l’apôtre Pierre à qui le Seigneur Jésus avait laissé la responsabilité d’affermir ses frères dit : « Il faut donc que, parmi ceux qui nous ont accompagnés tout le temps que le Seigneur Jésus a vécu avec nous, depuis le baptême de Jean jusqu'au jour où il a été enlevé du milieu de nous, il y en ait un qui nous soit associé comme témoin de sa résurrection. Ils en présentèrent deux: Joseph appelé Barsabbas, surnommé Justus, et Matthias. Puis ils firent cette prière: Seigneur, toi qui connais les cœurs de tous, désigne lequel de ces deux tu as choisi, afin qu'il ait part à ce ministère et à cet apostolat, que Judas a abandonné pour aller en son lieu. Ils tirèrent au sort, et le sort tomba sur Matthias, qui fut associé aux onze apôtres » (Actes 1/21-26).

       Matthias s’était donc associé aux onze et ils sont devenus douze apôtres. Les douze travaillaient donc partout où ils leur convenaient de travailler, et ils étaient persécutés, fouettés, emprisonnés, d’autres même assassinés. Et l’un des plus grands persécuteurs était Saul de Tarse qui un jour, dans son ministère de persécution des chrétiens, fut interpellé par le Seigneur sur le chemin de Damas et il fut converti et appelé ‘’Paul l’apôtre’’. D’ailleurs lui-même dit : « Comme j'étais en chemin, et que j'approchais de Damas, tout à coup, vers midi, une grande lumière venant du ciel resplendit autour de moi. Je tombai par terre, et j'entendis une voix qui me disait: Saul, Saul, pourquoi me persécutes-tu? Je répondis : Qui es-tu, Seigneur? Et il me dit: Je suis Jésus de Nazareth, que tu persécutes » (Actes 22/6-8). Le Seigneur Jésus avait dit à Ananias dans une vision, d’aller vers Saul de tarse, et Ananias lui avait répondu : « Seigneur, j'ai appris de plusieurs personnes tout le mal que cet homme a fait à tes saints dans Jérusalem; et il a ici des pouvoirs, de la part des principaux sacrificateurs, pour lier tous ceux qui invoquent ton nom. Mais le Seigneur lui dit: Va, car cet homme est un instrument que j'ai choisi, pour porter mon nom devant les nations, devant les rois, et devant les fils d'Israël; et je lui montrerai tout ce qu'il doit souffrir pour mon nom. » (Actes 9/13-16). Car, au moment où l’assemblée priait, le Saint-Esprit ordonna de mettre Barnabas et Saul à part pour l’œuvre pour laquelle ils sont appelés. Qui avait donc édifié et établi l’apôtre Paul ? Car lui-même dit : « Je vous déclare, frères, que l'Évangile qui a été annoncé par moi n'est pas de l'homme; car je ne l'ai ni reçu ni appris d'un homme, mais par une révélation de Jésus Christ » (Galates 1/11-12).

       L’apôtre Paul n’avait pas connu Jésus-Christ physiquement, mais il avait travaillé plus que tout le reste des apôtres. Voilà pourquoi il dit : « car je suis le moindre des apôtres, je ne suis pas digne d'être appelé apôtre, parce que j'ai persécuté l'Église de Dieu. Par la grâce de Dieu je suis ce que je suis, et sa grâce envers moi n'a pas été vaine; loin de là, j'ai travaillé plus qu'eux tous, non pas moi toutefois, mais la grâce de Dieu qui est avec moi. Ainsi donc, que ce soit moi, que ce soient eux, voilà ce que nous prêchons, et c'est ce que vous avez cru» (1Corinthiens 15/9-11). Et l’apôtre Pierre qui était le doyen des apôtres avait lui-même reconnu la sagesse que Dieu avait donnée à l’apôtre Paul par ses écrits (ses messages) (2Pierre 3/15-16).

       En ce qui me concerne, je ne me glorifie pas parce que les hommes m’appellent apôtre, cela ne peut pas me séduire parce que je sais ce que je porte et je sais ce que je suis. Car il faut que les hommes de près ou de loin qui ne me considèrent pas comme tel dans mon physique, me considèrent néanmoins dans les messages que j’écris, car je suis ce que j’écris. Si pour certains, mes écrits sont du diable, c’est ce que je suis pour eux, mais si pour les autres mes écrits sont du Seigneur, alors pour eux je suis apôtre du Seigneur. Mais alors je ne me reconnais pas comme l’unique homme de Dieu ou l’unique apôtre de l’heure (comme le disent certains), ou comme l’homme par qui les hommes doivent seulement écouter pour connaître Dieu. Je sais seulement qu’il y a un seul Seigneur, un seul évangile, une seule vérité et seul chemin qui doit être emprunté pour entrer au royaume des Cieux (Ephésiens 2/18).Pour moi, l’apôtre ce n’est pas le titre, mais la grâce du Seigneur Jésus. Car cette grâce n’a qu’une mission qui est celle de faire parvenir ou d’édifier les hommes sur la vie de Jésus-Christ, c'est-à-dire sa pensée, son sentiment… afin qu’ils deviennent eux-mêmes aussi comme lui (1Jean 2/6).

       Vous qui me demandez aujourd’hui : ‘‘qui t’a établi apôtre’’, moi je vous demande : ‘‘qui a établi les douze apôtres ? Même après que Jésus-Christ soit enlevé au ciel, qui a établi l’apôtre Paul ?’’. Car si les douze ont été établis par le Seigneur Jésus, alors moi aussi j’ai été établi par lui. Si le Seigneur Jésus qui enseignait lui-même dans ce monde avait été considéré comme quelqu’un qui égare, combien de fois son envoyé ? (Jean 10/20 ; Luc 16/14). Mais je remercie tous ceux qui sont contre moi dans mon physique et dans mes écrits parce que c’est grâce à eux que je travaille beaucoup dans le défi. Dans ce monde, ceux qu’on appelle apôtres sont ceux-là qui ont commencé par être d’abord pasteurs et avec leur ancienneté ont été nommés apôtres. Car certains hommes de Dieu qui ont de l’argent se font un nom (une dénomination) et établissent des pasteurs qui se prennent après pour des apôtres.

 

Seul Jésus-Christ étant lui-même apôtre établit ses apôtres par le même esprit.

    

CHAMPI Apôtre non de la part des hommes, ni par un homme mais par Jésus-Christ et Dieu le Père. La puissance de Dieu c’est la connaissance. Connaître pour éviter de pécher et être affranchi de la mort éternelle.(Jean 8/32)

Haut de page
Bas de page

NEWLETTER

Recevez nos publications et bien plus directement dans votre boite mail.

QUI EST EN LIGNE?

Nous avons 32 invités et aucun membre en ligne

CHAMPIDINO designed by MYDIGITALBUILDER