Pin It

 

INTERPELLATION DU SEIGNEUR JESUS : SOMMES-NOUS CHRETIENS

PARCE QUE NOUS COMBATTONS LE PECHE, OU PARCE QUE

NOUS L’AIMONS ET COMBATTONS NOTRE SEMBLABLE ?

C’est le 613ème message.

 

        Le seigneur Jésus avait laissé sa gloire dans le ciel pour prendre la forme humaine, devenant semblable à nous dans la chair, et ayant paru comme un simple homme; il s’est sacrifié jusqu’à la mort sur la croix à cause de nos péchés, et par amour pour nos âmes. En ces derniers temps, il nous réveille, nous éclaire et de nous met en garde contre le péché qu’il a porté, vaincu et détruit pour nous, afin que nous ne soyons pas privés du salut, ou que nos âmes ne soient pas privés du repos éternel au royaume des cieux. Le seigneur Jésus est venu une première fois se sacrifier en portant nos péchés, il reviendra une seconde fois pour les hommes qui l’attendent dans la droiture, la justice, la miséricorde et la sainteté pour le salut de leurs âmes ; c’est même pour cela qu’il est dit : « de même Christ, qui s'est offert une seul fois pour porter les péchés de plusieurs, apparaîtra sans péché une seconde fois à ceux qui l'attendent pour leur salut. » (Hébreux 9/28).

        Le seigneur Jésus a vaincu le diable; et voulant nous voir parvenir aussi à la victoire dans le combat que nous avons contre lui durant le temps qui nous reste à vivre sur la terre, il nous dévoile toute sa ruse et ses techniques de combat. Le seigneur Jésus nous a promis une place sur son trône, mais si nous obtenons la victoire ; voila pourquoi il nous dit : « Celui qui vaincra, je le ferai asseoir avec moi sur mon trône, comme moi j'ai vaincu et me suis assis avec mon Père sur son trône. » (Apocalypse 3/21).

         En vérité, le diable par la ruse nous amène à confondre notre ennemi et notre adversaire ; il nous détourne du véritable combat qui nous oppose à lui, et nous met en conflit avec notre semblable que nous prenons pour ennemi. Le péché qui est le diable, est cependant ce que nous affectionnons et commettons. C’est pour cette raison que dans cette génération, l’homme combat plus son semblable et élève par la même occasion la pratique du péché qui est son véritable ennemi. Lorsque nous nous combattons parce que nous sommes ennemis, le péché devient notre plaisir. Le péché ou le diable était entré dans le monde par un seul homme, et ce péché a produit la mort dans l’âme de l’homme, ainsi les hommes sortis d’un pécheur avaient tous hérité du péché ; c’est pour cela qu’il est dit : « C'est pourquoi, comme par un seul homme le péché est entré dans le monde, et par le péché la mort, et qu'ainsi la mort s'est étendue sur tous les hommes, parce que tous ont péché.» (Romains 5/12). Ayant tous péché, nous étions privés de la vie ou de la gloire de Dieu, tel qu’il est dit : « Car tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu; » (Romains 3/23).

        En vérité, que tout chrétien comprenne que le péché est plus fort, puissant et grand que l’homme. Le péché domine le monde, même les grands hommes de Dieu qui ont été avant nous et qui faisaient les grands miracles, gagnaient les hommes géants ; mais ils ne pouvaient pas vaincre le péché. Je prends l’exemple du roi David qui était fort physiquement, il avait vaincu Goliath, car il est dit : « Ainsi, avec une fronde et une pierre, David fut plus fort que le Philistin; il le terrassa et lui ôta la vie, sans avoir d'épée à la main. Il courut, s'arrêta près du Philistin, se saisit de son épée qu'il tira du fourreau, le tua et lui coupa la tête. Les Philistins, voyant que leur héros était mort, prirent la fuite. » (1 Samuel 17/50-51), mais ne pouvait vaincre le péché. Moise avait la puissance de diviser la mer rouge en deux, tel il est écrit : « Moïse étendit sa main sur la mer. Et l'Éternel refoula la mer par un vent d'orient, qui souffla avec impétuosité toute la nuit; il mit la mer à sec, et les eaux se fendirent. Les enfants d'Israël entrèrent au milieu de la mer à sec, et les eaux formaient comme une muraille à leur droite et à leur gauche. » (Exode 14/21-22), mais ne pouvait vaincre le péché.

        Le prophète Elie avait le pouvoir de faire descendre le feu depuis le ciel, car il est dit : « Il envoya vers lui un chef de cinquante avec ses cinquante hommes. Ce chef monta auprès d'Élie, qui était assis sur le sommet de la montagne, et il lui dit: Homme de Dieu, le roi a dit: Descends! Élie répondit au chef de cinquante: Si je suis un homme de Dieu, que le feu descende du ciel et te consume, toi et tes cinquante hommes! Et le feu descendit du ciel et le consuma, lui et ses cinquante hommes. Achazia envoya de nouveau vers lui un autre chef de cinquante avec ses cinquante hommes. Ce chef prit la parole et dit à Élie: Homme de Dieu, ainsi a dit le roi: Hâte-toi de descendre! Élie leur répondit: Si je suis un homme de Dieu, que le feu descende du ciel et te consume, toi et tes cinquante hommes! Et le feu de Dieu descendit du ciel et le consuma, lui et ses cinquante hommes. » (2 Rois 1/9-12), mais ne pouvait vaincre le péché. Donc, personne ne pouvait vaincre le péché qui dominait les hommes ou le monde, et qui empêchait à leurs âmes de vivre.

       Qui pouvait ôter le péché qui pesait sur nous, ou qui pouvait nous sauver de ce péché, si ce n’est le seigneur Jésus Christ seul, qui, par amour et par miséricorde est venu nous sauver. C’est pour cela que l’ange de Dieu, avant son arrivée sur la terre, avait annoncé à Joseph que l’enfant qui naitra de Marie portera le nom de Jésus, car c’est lui qui sauvera le monde de ses péchés, tel qu’il dit : « elle enfantera un fils, et tu lui donneras le nom de Jésus; c'est lui qui sauvera son peuple de ses péchés. » (Matthieu 1/21). Le seigneur Jésus est le seul, celui qui ôte les péchés qui pèsent sur les hommes et qui les empêchent d’être droits devant Dieu ; c’est pourquoi Jean Baptiste, voyant le seigneur Jésus, le reconnut et dit : « …Voici l'Agneau de Dieu, qui ôte le péché du monde. » (Jean 1/29).

        Nous devons bénir et non maudire celui qui nous persécute, qui ne veut nous voir vivre et être en bonne santé, qui veut pas que nous ayons un emploi ou de quoi nous nourrir…, et c’est pour cela que le seigneur Jésus dit : « Bénissez ceux qui vous persécutent, bénissez et ne maudissez pas.» (Romains 12/14). Qui est donc notre ennemi que nous devons haïr ? Est-ce l’homme ou le péché ? Car les hommes sont victimes de ce que leur font subir leurs semblables. L’homme prend son semblable pour ennemi et ignore le péché qui l’est véritablement. Cette confusion assure la croissance du mal dans cette génération.

       La jalousie, l’orgueil, le mépris, les divisions, le mouchardage, la haine, les calomnies, les injures, le mensonge, l’adultère, la fornication, le faux, la corruption, le détournement, le vol, le braquage, le cambriolage, le banditisme, la magie, la sorcellerie, la tuerie…, sont nos amis, mais qui sont en vérité nos ennemis, parce qu’ils nous détruisent et empêchent à nos âmes de vivre. Les mauvaises œuvres que nous accomplissons donnent gloire, grandeur, pouvoir, richesse et satisfaction à notre corps charnel, mais appauvrissent, humilient, souillent, et maintiennent nos âmes dans la malédiction et la mort éternelle. En vérité, si le péché était combattu dans les églises comme le sont les esprits de célibat, de chômage, de misère, de sécheresse, d’impossibilité, de limitation et de blocage, le mal connaitrait un frein. Les hommes de Dieu ont le pouvoir de combattre et de vaincre le mauvais esprit, mais n’ont pas celui qui nous amènera de vaincre le péché.

       Certains homme de Dieu, ivres d’adultère, vont jusqu’à toucher et voir les parties sensibles et intimes de la femme ; et cela est illustré à la première page ; et c’est pour eux qu’il est dit : « Ils ont les yeux pleins d'adultère et insatiables de péché; ils amorcent les âmes mal affermies; ils ont le cœur exercé à la cupidité; ce sont des enfants de malédiction. » (2 Pierre2/14).

 

A Dieu soit la gloire et la louange, par Jésus Christ notre seigneur et sauveur, pour l’éternité.

CHAMPI Apôtre non de la part des hommes, ni par un homme mais par Jésus-Christ et Dieu le Père. La puissance de Dieu c’est la connaissance. Connaître pour éviter de pécher et être affranchi de la mort éternelle. (Jean 8/32)

Haut de page
Bas de page

NEWLETTER

Recevez nos publications et bien plus directement dans votre boite mail.

QUI EST EN LIGNE?

Nous avons 23 invités et aucun membre en ligne

CHAMPIDINO designed by MYDIGITALBUILDER